Au printemps, la nature se réveille et la vigne se prépare doucement à porter ses fruits.

Tout au long de l'année, les travaux viticoles se poursuivent. Selon la légende, c'est un âne qui aurait découvert les bienfaits de la taille de la vigne. En broutant quelques souches, celles-ci donnèrent de belles grappes, beaucoup plus grosses que celles des autres souches.

stade_v_g_tatifAu mois de mai arrive le temps de la floraison (ou nouaison) avec l'apparition de petites fleurs. Pour éviter la prolifération de plantes adventices (plantes qui colonisent un terrain étranger sans y avoir été volontairement semées), on effecture une seconde série de labours superficiels.

C'est aussi le moment des premières pulvérisations destinées à protéger la vigne contre les maladies et les parasites. Selon la taille pratiquée et les conditions de végétations, d'autres bourgeons que ceux laissés volontairement par la taille peuvent se développer tout au long ou partie des ceps. Issus du tronc ou des bas de la souche, ces rameaux infertiles (parfois appelés "gourmands" par les vignerons), seront ainsi supprimés par l'épamprage.

Ainsi, comme la vigne entre dans son cycle reproductif, la floraison donne les premières indications sur la quantité et la qualité du raisin et annonce déjà la période de la récolte.

Cependant, il faut compter avec les fortes pluies ou les risques de froid qui ralentissent le processus de pollinisation. Une mauvaise fécondation, appelée coulure, entraîne une diminution du nombre de raisins et de la grosseur des grains.

C'est donc une période de surveillance accrue et critique pour le viticulteur.