journee_de_la_femme_humourCélébrée dans de nombreux pays chaque 8 mars, la Journée Internationale des Femmes sert à lutter contre les violences, les inégalités et l'injustice.

Chaque année, la journée internationale de la femme est l'occasion de faire le point sur la condition des femmes, l'égalité des sexes, mais aussi de regarder au-delà de nos frontières et d'appronfondir notre réflexion concernant les avancées futures.

Cette célébration puise ses origines dans les manifestations féministes du début du 20ème siècle. Certains l'attribuent à la 2ème conférence des femmes socialistes, à l'occasion de laquelle fut proposé de créer une Journée internationale des femmes. Mais la date n'est pas réellement fixée.

Ce n'est qu'à la suite d'une importante grève des ouvrières de Saint Pétersbourg au cours de la Révolution russe, en 1917, que le 8 mars sera définitivement désigné comme le jour dédié aux femmes, en souvenir de leurs luttes et combats.

La date sera définitivement officialisée par les Nations Unies en 1977, puis en 1982 en France.

Que serait l'agriculture sans les femmes ?

femme_agricultriceLa proportion de femmes dans la production agricole et les activités après récolte varient entre 20 et 70 %. Leur participation augmente dans de nombreux pays en développement, à la faveur notamment du développement de l’agriculture irriguée axée sur l’exportation, qui crée une demande grandissante de main-d’œuvre féminine, y compris de travailleuses migrantes.

Bien que cette dynamique ait produit des effets bénéfiques, la situation de la majorité des femmes rurales du monde entier continue de se détériorer : dégradation de leur état de santé et de leurs conditions de travail, accès limité à l’éducation et faible contrôle des ressources naturelles, précarité de l’emploi et faibles revenus.

Cette situation tient à différents facteurs, notamment la compétitivité grandissante des marchés agricoles qui accroît la demande d’une main d’œuvre flexible et bon marché, la concurrence grandissante dont les ressources naturelles sont l’enjeu, la réduction de l’aide de l’État aux petits exploitants et la redistribution des ressources économiques au profit des grandes agro-industries, à quoi s’ajoutent une plus grande vulnérabilité aux catastrophes naturelles et aux changements environnementaux, les difficultés grandissantes d’accès à l’eau et l’aggravation des risques professionnels et sanitaires.

De plus, les agricultrices sont encore trop souvent victimes de discrimination, dans l'accès à l'éducation, à la formation ou la santé. L'éloignement géographique, l'isolement, les exposent encore plus aux violences physiques et morales.

Selon la FIPA (Fédération Internationale des Producteurs Agricoles), le manque important de reconnaissance du travail des femmes dans le secteur agricole se poursuit : surexploitation du travail féminin, inégalités de salaires à travail égal.

Dans de nombreux cas, les femmes ne sont reconnues que comme épouses d'agriculteurs, sans statut à part entière. 

N'oublions pas le rôle fondamental de ces femmes qui, toutes nationalités confondues, travaillent dur pour nourrir les hommes et façonner le paysage.