VIVEASelon une enquête VIVEA (Fonds pour la formation des entrepreneurs du vivant), les femmes font moins de sessions de formations que les hommes.

Sur les 586.000 personnes qui ont contribué à VIVEA en 2099, les femmes sont au nombre de 178.000 et seules 15.300 d'entre elles (soit 8.6%) ont bénéficié de formations contre 13.5% chez les hommes.

L'étude révèle que les "femmes ne sont pas visibles", c'est-à-dire qu'elles ne sont pas "identifiées" comme agricultrices et considérées comme "un public prioritaire".

Si elles se forment moins, c'est qu'elles ont un parcours moins régulier que les hommes. A l'inverse des hommes, les femmes accumulent une succession de statuts différents pendant leur vie professionnelle : souvent salariée au départ, elles s'installent comme chef d'exploitation après leur mariage ou, plus tard, pour remplacer leur conjoint en retraite.

De plus, l'organisation du travail sur l'exploitation et les tâches qui leur sont confiées sont un frein à leur formation. Il est plus difficile pour une femme de se libérer pour une formation, d'autant plus que ses tâches sont souvent subies plutôt que réellement choisies.

Pourtant beaucoup de formations existent et certaines peuvent vous intéresser. N'hésitez pas à vous renseigner :