femme et le vinPour la 3ème année consécutive une étude, pour Vinexpo, a interrogé près de 10.500 femmes internautes de 5 pays (France, Royaume-Uni, Hong-Kong, Allemagne et Etats-Unis) sur leur consommation de vin.

Longtemps réservé aux hommes, le vin a conquit, au fil du temps, la population féminine. Aujourd’hui, elles seraient même plus habiles à détecter un goût de bouchon. Cette « entrée » des femmes sur le marché oblige les producteurs à s’adapter. En 2006, le caviste Nicolas, par exemple, a sorti un petit fascicule intitulé « Pour elles : ces vins qui font craquer les femmes ». Ils ont été jusqu’à faire évoluer le goût du vin pour tenir compte des femmes. Plus léger, le vin s’est «unisexualisé» pour être plus largement consommé.

L'enquête a mis en exergue les différences et les similitudes culturelles du comportement des femmes avec le vin, selon leurs âges et leurs pays.

Petit résumé des résultats :

A l'encontre des idées reçues, les femmes sont, globalement, plus consommatrices de vin rouge (51% des interrogées) que de vin blanc (26,4%). Cette tendance est encore plus marquée chez les femmes de plus de 46 ans (58%).

15,7% des femmes interrogées déclarent consommer principalement du vin rosé. Elles n'étaient que 6% en 2009, soit une augmentation de plus de 160% en 2 ans. Elles sont très clairement un moteur de la consommation de cette catégorie de vin au niveau mondial, en particulier les 18/30 ans.

Elles sont 67,4% à considérer le vin comme important ou essentiel lors d'un rendez-vous amoureux et seulement 20% à le considérer "pas important". C'est un élément absolument essentiel pour 32,4% des 46/60 ans. Cependant, le vin tient une place plus importante lors d'un rendez-vous galant en France (important ou essentiel pour 49,5% des Françaises) qu'à Hong-Kong (seulement 5%) ou en Angleterre (10,6%).

Les 2 premiers critères dans le choix du vin sont l'origine (62,3%) et les cépages dont il est issu (48,9%). Le prix n'est que le 3ème critère de choix. L'origine est le critère le plus important pour les Françaises (70%) alors que le prix est plus important pour les Anglaises (50,8%). Le cépage est le 1er critère pour les Américaines (68,4%). Les Hongkongaises sont attachées au prix (58,5%), mais aussi à l'origine et au terroire (67,8%). Les 18/30 ans sont particulièrement sensibles au facteur prix alors que chez les 46/60 ans l'origine est le premier critère de choix. Cette différence générationnelle se retrouve dans l'importance accordée au packaging qui influence plus les 18/30 ans que leurs aînés.

71,5% des Américaines présentent le fait de consommer du vin comme un art de vivre, contre 28,6% des Françaises. Ces dernières considèrent plutôt le vin comme un produit traditionnel (56%).

43,8% des interrogées déclarent consommer du vin au moins 1 fois par semaine. Seulement 1/4 des femmes interrogées ne goûtent que "très rarement" du vin (23,4%). On constate un lien entre la maturité des femmes et la fréquence de consommation. Cette dernière augmente à partir de la tranche des 31/45 ans. Les consommatrices les plus régulières sont les 46/60 ans (56,4%) et les femmes de plus de 60 ans (65,5%).

Source  : L'Avenir Agricole et Viticole Aquitain - 17 juin 2011