pesticides mauvaises herbes fneLe lien entre la maladie de Parkinson et l'utilisation de pesticides par les agriculteurs est désormais reconnu grâce à un décret publié le 6 mai 2012.

Ce décret classe, sous certaines conditions, cette pathologie neurodégénérative comme maladie professionnelle pour les salariés agricoles comme les exploitants agricoles. Des études ont été menées sur ce thème par les MSA en 1999 et 2007. Il ressortait que l'exposition pouvait être à l'origine de la maladie pour des sujets prédisposés.

Comme dans le régime général, la maladie doit figurer dans un tableau afin d'être reconnue au titre des maladies professionnelles. Il existe une liste de tableaux spécifiques pour le régime agricole. Désormais, la maladie de Parkinson est inscrite au tableau 58.

Cela concerne toutes les personnes qui utilisent les produits phytosanitaires mais également ceux qui sont en contact indirect à travers les cultures, les surfaces, les animaux traités ou lors de l'entretien des machines destinées à l'application des pesticides.

Le décret publié n'engage pas uniquement les pesticides dans les expositions qui peuvent être prises en compte pour la reconnaissance de la maladie. La définition implique tous "les produits à usages agricoles et les produits destinés à l'entretien des espaces verts (phytosanitaires ou phytopharmaceutiques), les biocides et les antiparasitaires vétérinaires".

Le délai de prise en charge est conditionné par une durée d'exposition de dix ans minimum (manipulation, emploi, contact ou inhalation des produits, des cultures, des animaux ou de l'entretien des machines liées aux produits).

Pour en savoir plus, consultez le site de l'association Phyto-victimes sur  http://www.phyto-victimes.fr/ 

Phyto victimesLors du dernier Salon de l'Agriculture, les membres de cette association avait fait irruption pour dénoncer la désinformation dont ils ont été victimes des années durant, informer le monde agricole des dangers encourus et pour demander que les pouvoirs publics reconnaissent enfin l'extrême gravité de la situation et agissent.

 Restez vigilants et sollicitez le médecin du travail pour signaler tout problème de santé inhérent à votre profession !