Le soufre est désormais autorisé pour lutter contre le frelon asiatique, mais pour une période limitée.

Cette mesure intervient quelque mois après le classement de l'insecte dans la liste des "dangers sanitaires de deuxième catégorie".

Le 28 décembre 2012, le Journal Officel publiait l'arrêté du ministère de l'agriculture faisant entrer le Vespa velutina nigrithorax, appellé plus communément frelon asisatique, dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie. L'arrêté ne mentionne pas sa dangerosité pour l'homme, même si sa piqûre peut être mortelle au même titre que celle de la guêpe ou de l'abeille, mais plutôt pour nos abeilles domestiques dont il est un redoutable prédateur. Plus largement c'est un vrai danger pour la biodiversité.

Si la réglementation impose la prévention, la surveillance et la lutte contre les dangers sanitaires de première catégorie, elle se contente de l'autoriser pour ceux qui figurent dans la seconde, ce qui est le cas pour le frelon asiatique. L'arrêté a donc été accueilli avec un enthousiasme modéré par les apiculteurs car les mesures de lutte ne sont pas systématiques et s'avère encore bien artisanales.

Huit ans après les premières observations faites en Lot-et-Garonne en 2004, l'éradition de l'espèce en France est désormais considérée comme irréaliste puisqu'aujourd'hui le frelon asiatique est présent dans au moins 50 départements français et son aire de répartition ne cesse de s'étendre. Il faut savoir qu'un nid non détruit représente potentiellement le développement de 7 à 8 nouveaux nids l'année d'après...

Le 7 septembre dernier, le Journal Officiel publiait un nouvel arrêté concernant le frelon asiatique et autorisant, pour une période de 120 jours à compter du dimanche 8 septembre 2013, la mise sur le marché de produits contenant du dioxyde de soufre à des fins de lutte excluvise contre le Vespa velutina. Comparé à d'autres techniques de lutte chimique, c'est le seul produit potentiellement peu nocif pour l'environnement et efficace pour la destruction des nids.

Attention toutefois à vouloir s'improviser chasseur de nids de frelons asiatiques car quelques précautions entourent naturellement l'utilisation du soufre. Outre la nécessité de suivre une formation et d'établir une zone de sécutité de 50 mètres autour du nid, l'utilisation du soufre n'est autorisée que pour les nids situés à plus de 2 mètres de hauteur ou plus.

La période actuelle est idéale pour détruire les nids puisque ceux-ci sont particulièrement visibles quand les arbres perdent leurs feuilles.